Le Violon éternel

Monsieur Sébastien

" J'ai lu bien des choses et peu de choses me sont arrivées." Jorge Luis Borges 

Mardi 13 octobre 2020

 

   Monsieur Sébastien consulte son smartphone. Koko, son 137eme ami facebookien a une notification importante à faire : « Je suis outré, dit-il, par le fait que l’on ait vendu 1,063 millions d’euros le violon en bois de rose de Wallace Hartley, le chef d’orchestre du Titanic, alors que les 15 millions d’habitants du Zimbabwe, un pays en ruine, sont en train de mourir de faim. »
  Cette notification caligineuse agace Sébastien et, en même temps, il comprend tout à fait l’exaspération de Koko liée au phénomène de l’argent. C’est vrai que la somme est colossale ! Il pense, à part lui, que la valeur du violon tient essentiellement à la personnalité de son propriétaire Wallace Hartley, et au fait que l’instrument de musique ait flotté, attaché au corps noyé de celui-ci dans les eaux glaciales de l’Atlantique Nord, avant d’être repêché.

  A y réfléchir, ce n’est pas la vente surréaliste de ce violon qui indispose le plus monsieur Sébastien, mais son lien avec la mort du chef d’orchestre et de ses virtuoses. Comme s’il leur avait fallu, de toute urgence, en faire l’apprentissage. De là, une attitude embarrassée vis-à-vis de leur rendez-vous imminent avec l’Eternité. Il imagine très bien la situation et comprend que Wallace et ses musiciens se soient dépêchés d’interpréter « Plus près de toi, mon Dieu », en un dernier délice, jusqu’à ce qu’eux-mêmes et la musique ne se laissent glisser dans l’infini… le froid glacial de l’Atlantique s’étant métabolisé en une ivresse comme jamais ressentie.

  Si le temps doit finir, on peut le décrire, instant après instant, songe monsieur Sébastien, même s’il ne sous-estime pas les avantages que la condition du vivant peut avoir sur celle du mort avec ce grand mouvement humain qui tend vers les plaisirs illusoires chargés d’anesthésier la question fondamentale : qu’est-ce que je fais là ?
  La mort ne vous appelle pas, songe encore Sébastien, c’est vous qui allez vers sa Maison avec une foi digne des plus illustres croyants, c’est immensément doux à l’intérieur de vous-même, une quiétude comme vous ne l’avez jamais ressentie, le chant d’un oiseau, une vibration, l’imperceptible bonheur de l’âme en paix vous imprègne et tout s’apaise. On est l’Océan, on est Dieu, on est le Tout et l’on se confond  avec l’Univers.

  Est-ce cela qu’a acheté l’acquéreur du violon ?

  Les 437 amis facebookiens de monsieur Sébastien n’ont pas réagi à la notification relative au violon, à l’exception de Moussa le 152ème qui déclare à son tour : « Tout se vend Koko ! J’ai aimé les photos de ton anniversaire et ta sensationnelle pizza « fait maison ». A mon tour de te dire, mais peut-être le sais-tu déjà, que l’on vient de vendre aux enchères à Londres pour la somme de  22000 dollars une molaire de John Lennon, la star des Beatles… l’acquéreur (ou la !) va parait-il se la faire implanter, ainsi  il (ou elle !) mâchera son chewing-gum avec une dent de mort, c’est ce que disent les rumeurs, car tu sais comme moi que Facebook est un vide-ordures universel, mais on se régale. »