Monica Penalva

 

  Image 1

Ma Fée,  

J’en étais restée à une merveilleuse histoire de quatre bougies… Cette « confession » très nostalgique, mais si pleine d’espérance… Merci de ces beautés vraies.

Ta dernière lettre, si joliment illustrée, me comble en ces temps chargés de neige, de frimas et de bien d’autres menaces. C’est soudain un autre plan : les images de la lettre m’y aident.

 Ce n’est pas la fin du Voyage, mais sans doute, celle d’un voyage parmi d’autres. C’est je pense, un Voyage sans fin… Nous ne sommes sans doute pas sorties de l’Auberge…

 « Il sont là », c’est indiscutable ! Ce qui facilite beaucoup le courage et l’espérance. Ainsi, nous ne sous coucherons pas sur la route et ne baisserons pas les bras. Nous devons assurer le Partenariat ! Je ne plaisante pas en écrivant ces lignes, j’en suis intimement persuadée.

 Oui, les mots viennent comme ils doivent venir, l’avenir aussi… J’en conclus que ta photo a suivi la même règle car, déçue, je ne l’ai pas trouvée dans l’enveloppe…

.../...>

 

 

 large