Monica Penalva

 

  Je t'imagine dans cette maison ... devenue un «autre monde en dehors du monde» maison de poupée, maison-désert où tu t'épures et te détaches ... où tu écoutes, où tu entends du « dedans » ... Ce Dedans qui s'emplit de plus en plus au détriment du « dehors » ... Je me sens devenir « ermite du Dedans » un peu plus chaque jour tout en sachant qu'il me faut assumer les choses du dehors Ces choses du dehors dont font partie notaires et« sorcières », la jatte appartenant au-dehors comme au dedans ... La jatte représente l'Es-sen-tiel.

  C'est vrai, mon cœur, que, tout au long de nos vies, le détachement fut de mise ... au prix de bien des arrachements douloureux; à présent, il m'arrive de me demander si la vie n'est pas une misérable farce, la pire des illusions. Ces « choses perdues », ont-elles véritablement existé, où n'ont-elles été qu'apparences pour nous faire discerner L'Essentiel? Où est le but? Le Port ?
  Dans l'Ailleurs ... Cet Ailleurs n'est-il pas uniquement« au-Dedans»?

  Pessimiste, non ... lucide, peut-être? Quel étonnement, quelle surprise s'il nous, un jour, révélé ce QUI EST...

L’Eternel a mis l'éternité dans le cœur,
Sans que l'homme puisse comprendre
( Ecclésiaste I3,11.)

   Bonheur manifeste ... elle désirerait sortir ... Le rouge-gorge ayant remplacé la mésange bleue dans le noisetier, le jour s'éteignant peu à peu, (j’aime)… elle attendra la nuit... Car, la nuit. .. tous les chats sont gris et les oiseaux se cachent.  

  Ah! Nature ... Ce ciel qui, dans nos villes, recule, s'éloigne devant les buildings ... Comment rester soi dans ce monde déshumanisé ... Comment répondre à ce monde qui n'est pas un monde d'Amour? Agitation stérile, destructrice, où chacun parle et où personne n'entend, odieuse compilation de l'être ... Comment ne pas comprendre le non-soi? !

   Quel bonheur alors de posséder un jardin, d'être isolé ... Dans le silence parle l'Amour, se tend une main ... Ce silence est si souvent massacré ...

     .../...>

 large