Serge Tamagnot

CubismeUn mage chez les collagistes 

 Les habitués de notre site, connaissent bien le travail de Serge Tamagnot et bientôt ils trouveront dans l’essai sur les collages de Claude Chanaud, Les Imageries poétiques, un chapitre consacré à ses compositions. Cet ouvrage sera publié par l'association Les Trompettes Marines qui se lance avec cette première publication dans l’aventure de l’édition. 

 Dans la perspective de cette future édition, j’ai rencontré récemment Serge Tamagnot pour lui montrer les collages que nous avions prévus pour illustrer le chapitre qui lui est consacré et surtout pour qu’il me montre les travaux plus récents qu’il a réalisés.

 Nous avions rendez-vous dans un café du quartier de Beaubourg, son quartier général en quelque sorte où il est connu de tous les petits commerçants de la rue Rambuteau : le marchand de journaux, l’épicier, les employés du restaurant Flunch dans lequel il dîne pratiquement tous les soirs, mais surtout des responsables de la boutique d’imprimerie où, ses collages terminés, il effectue, sous l’œil professionnel et bienveillant d’un des employés, des photocopies des œuvres qu’il a réalisées la veille ou l’avant-veille.

Le vertige2

 J’imagine que sa mince silhouette coiffé d’une casquette écossaise et d’un manteau sur lequel est épinglé, au revers d’un des cols, un insigne que je n’ai pas pu identifier, traverse ce quartier parisien comme le personnage d’un des romans de ces écrivains du milieu du siècle dernier.

New york3 Il m’entraîne vers un lieu où nous serons tranquilles me dit-il. En marchant, Serge parle beaucoup, de la dernière exposition qu’il a vue au Petit Palais sur Oscar Wilde « Formidable ! Formidable ! », du dernier film qu’il a vu au MK2 Beaubourg, La Mort de Louis XIV, « Magnifique ! De la peinture… De la sculpture… magnifique !», parfois aussi d’un petit souci de santé mais sans trop appuyer sur son mal, ou encore en se plaignant de la disparition des touristes à Paris depuis les évènements. Il le voit bien à Beaubourg, il n’y a plus que des provinciaux.

Enfin dans une salle retirée d’une brasserie, Serge ouvre ses cartons et sort un à un les derniers collages qu’il a réalisés. La poésie de son travail s’exprime à chacune des feuilles qu’il me tend. J’essaye de faire un choix, mais c’est si difficile, un collage qui me saisit par sa beauté est aussitôt chassé par un nouveau qui me saute aux yeux avec son discours poétique bariolé. Les œuvres de Serge Tanagnot racontent toujours une histoire, nous parlent en nous regardant droit dans les yeux. Ses collages ne sont pas là pour illustrer des poèmes, ils sont des poèmes à part entière et les mots que l’on voudrait ajouter en marge n’apporteraient aucune lumière supplémentaire.

 J’effectue malgré tout un premier choix, puis je reviens sur ma grande rafle de collages, pour à nouveau en extraire une petite huitaine qui me plaisent.

New york

 Vous trouverez dans cette page ceux que j’ai extraits des cartons de Serge, mais il est probable qu’à ma place ces échantillons que je vous offre – qu’il nous offre – seraient différents de ceux que vos yeux auraient choisis, tant la variété de son travail est large  .

     Nietzsch2Lionne

    

 

 

 

 

 

 

 

David Nahmias (1/2017)

 

 

Tamagnot par lui meme

 

 

 

Serge Tamagnot - Autoportrait

 

 

 

 

 

 

 

Bonne soeur tete d oiseau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Napoleon 2

 large