Le roseau et l'eau

Poèmes de Jean-Pierre BARS

 

Elle se faufile
Comme un ruisseau
Entre les rives de calcaire.
Ici les papillons de mon enfance
Boivent à même
La lumière. 

 

La petite aiguille
a des secrets de terre
des désirs de nuit
des rêves de feu. 

 

 Des rêves de feu

 

Le corps
au bout du monde
une petite chose
un golfe ouvert
un monde
où rêvent les étoiles. 

 

Laisse la nuit
Au vent parler
Dire l´étonnement
Le rêve de l´enfant
Laisse le vent
Parler au vent. 

 

  Avec tes yeux

 

Le jour
Est une porte
Un feu
Que tu allumes
Avec tes yeux

  

Qui pense
Joue de la flûte
Avec ses os.

 

 

Je suis un fruit
de mort ancienne
la sève lente
l´ombre légère
le vent qui souffle
chantent ma vie
l´impérissable 
du silence
d´une étoile
de mon sang

Au bout de mes yeux
au bord de la mer
étrange lumière.
Mon corps est le sens
de mes sens ouverts
le chant de la terre
et l´eau de l´enfance
le vent la lumière. 

 Au bout de mes yeux au bord de la mer

 

La mémoire
est un vitrail
illuminé
d´universel 

 

 

Tournent les vents
gonds de lumière
les nuits gavent la terre
les nuits fendent la terre
jusqu´aux lenteurs de l´océan 

 

Un mot délivre
un geste parle
à mots couverts
il y a des livres qui
réduisent à rien
l´inquiétude la misère

 

 

Tout l´autre en moi
séisme de silence
renverse les frontières
et déchire le temps 

 

Distance
entre les hommes
entre les mots
silence

   

Sur le chemin d´encre légère
les enfants jouent à la manière
d´un cache-cache avec des mots
que l´on ne connait plus

Sur le chemin d'encre légère

Retour à l'Accueil

Nous ne sommes pas inépuisables
nos limites ont la forme du monde
nous glissons sur sur le sable
nos destinées de poudre se défont. 

 

L´eau ruisselle de l´ombre
le cœur parfois
délie le corps
de ses décombres 

 

 

De la lumière que tu prends
tu rejettes le monde
de l´air que tu respires
tu exhales la mort
le bois de ta respiration
consume l´ambre
des feuilles fauves de ton front 

 de l´air que tu respires tu exhales la mort

 

 

La fleur
où se rassemble
au feu de terre
un feu d´étoile
est une offrande
une prière
une parole
une âme grande 

 

 

L´ombre écoute
la couleur chante
le silence est un ciel
et n´a point de langage
un peu lumière
comme de l´eau
un peu la danse d´un roseau

un peu la danse d´un roseau

 

Illustrations d'Antoine Malet

 

 large